Qu’est-ce que la géothermie ?

La géothermie, du grec géo (la terre) et thermie (la chaleur), est la science qui étudie les phénomènes thermiques internes du globe terrestre et la technique qui vise à les exploiter. Par extension, la géothermie désigne aussi parfois l’énergie géothermique issue de l’énergie de la Terre qui est convertie en chaleur.

Pour capter l’énergie géothermique, on fait circuler un fluide, qui peut être l’eau d’une nappe aquifère profonde ou de l’eau injectée depuis la surface (éventuellement pour fracturer une roche chaude et imperméable – cas particulier de la fracturation hydraulique). Les calories ainsi récupérées en surface sont utilisées directement ou converties partiellement en électricité. 

L’énergie géothermique est localement exploitée pour chauffer ou disposer d’eau chaude depuis des millénaires, par exemple en Chine, dans la Rome antique et dans le bassin méditerranéen (https://fr.wikipedia.org/wiki/Géothermie).

En moyenne, sur l’ensemble du globe, l’augmentation de la température avec la profondeur est de 3°C tous les 100 mètres. C’est également le cas dans notre région. Dans les zones volcaniques, le « gradient géothermique » peut être jusqu’à 10 fois plus important et même atteindre 100°C à certains endroits.

Vidéo didactique 

Quelques minutes pour mieux comprendre la géothermie avec Jamy de « C’est pas sorcier » : Voir la vidéo

Les différents types de géothermie

On distingue 3 catégories d’énergie géothermique :

  • en dessous de 30°C, il s’agit de la géothermie de très basse énergie, implémentée au niveau des habitations unifamiliales, et qui nécessite une énergie d’appoint (électricité généralement) pour le fonctionnement d’une pompe à chaleur ;
  • entre 30 et 90°C, on parle de la géothermie de basse énergie, que l’on observe notamment dans la région de Mons, et qui permet la mise en œuvre de réseaux de chaleur, ou peut être utilisée dans des processus industriels (séchage des grains, horticulture, pisciculture, …) 
  • au-delà 90°C, nous sommes en présence de géothermie de moyenne et de haute énergie, qui permet la production d’électricité.